30 Mai 2015

Cospas-Sarsat

Localiser les personnes en détresse, calculer leur position, et transmettre ces données aux services de secours compétents, telle est la mission du programme international Cospas-Sarsat, qui repose sur un système de balises de détresse en liaison permanente avec 12 satellites, chargés de relayer les signaux reçus.

Un chalutier navigue au large des côtes bretonnes. Soudain, l'embarcation chavire. Les marins réussissent à s'agripper au bateau, mais le matériel de radiocommunication est inutilisable. Heureusement, la présence à bord d’une balise de détresse Cospas-Sarsat va sauver la vie de ces marins. Activée automatiquement après le chavirage, la balise envoie un signal à l'un des 12 satellites de la constellation Cospas-Sarsat, qui orbitent autour du globe en permanence. Le satellite transmet l'appel à une station au sol qui, après calcul de la position de la balise, transfère l'ensemble de ces données au centre spatial de Toulouse (CNES), l'un des 31 centres de contrôle du système Cospas-Sarsat. Celui-ci contacte alors les secours qui partent immédiatement sur le lieu du naufrage, et viennent en aide aux marins.

Initié en 1982, Cospas-Sarsat est un système mondial de radiobalises de détresse permettant de localiser les sinistres, qu'ils soient maritimes (bateaux…), aéronautiques (avions…), ou terrestres (alpinistes, rallyes raids,…). Aujourd'hui, plus d'un million de balises Cospas-Sarsat sont en activité dans le monde : elles sont systématiquement embarquées à bord des avions de ligne, des bateaux de pêche et de marine marchande. Fondé par la France, Canada, les États-Unis et la Russie, le système Cospas-Sarsat regroupe aujourd'hui 43 pays. Notons qu’à partir de 2018, 26 satellites Galileo européens seront équipés d’instruments « Recherche et Sauvetage », remplaçant ainsi le système COSPAS SARSAT actuel. Et ce n’est pas tout : les prochaines constellations de satellites GPS et Glonass (le GPS russe) seront équipées de matériels identiques, rendant ainsi les systèmes européen, américain et russe interopérables. La détection et la localisation d’une balise seront alors instantanées.